Un coup de Dés jamais n’abolira le Hasard

Note sur la présente édition

« Ouvrir des yeux », tel était le souhait formulé par Mallarmé en introduction à l’imparfaite parution de son poème dans la revue Cosmopolis. Faute de pouvoir mieux faire, au moins « ouvrir des yeux ».

Le même souhait sera exprimé à propos de la présente édition en ligne, virtualité des pages d’un livre lui-même resté à l’état virtuel. Elle n’a pas d’autre but que laisser entrevoir la composition typographique conçue par Mallarmé, dans une reproduction qui, selon le souhait de Valéry, s’ajuste au plus près de « l’aspect physique voulu par l’auteur ».(*)
Un souhait corollaire serait aussi qu’on cesse enfin de lire, regarder, déchiffrer ou commenter le Coup de Dés à partir de versions déformées ou déformantes. Non seulement parce que cette œuvre est aujourd’hui reconnue comme « pièce du patrimoine » ou « jalon majeur de l’histoire de l’art et des idées », mais d’abord par simple respect pour Mallarmé, rarement chef-d’œuvre ayant été aussi maltraité ; et ensuite parce que le sens de cette entreprise unique - objet, depuis près d’un siècle, de multiples spéculations et "décodages" - ne peut être entrevu ou approché qu’en posant en principe que le fond et la forme, comme l’esprit et la lettre, n’y peuvent être dissociés.

Notre reconnaissance va tout particulièrement à Denis Péraudeau, dont la prodigieuse habileté et l’infinie patience ont permis la reconstruction des caractères disparus et de la mise en page - ou mise en scène - initiale ; ainsi qu’à Alexandre Bruno, qui a su donner à ces pages virtuelles une apparence aussi lumineuse que possible.

Une édition en ligne, et plus encore celle d’un récit de naufrage, ressemble par beaucoup d’aspects à un de ces messages introduit dans une bouteille et hasardeusement jeté à la mer. Puissent des yeux ouverts découvrir ainsi le Coup de Dés, dans sa "vérité de mots, de lettres et de suite".

.

M.P. & Ptyx, 25 décembre 2010


(*) Faute de quoi, poursuivait-il, "toute publication serait nulle et nuisible".